Le Viaur

Viaur et Vioulou en Lévézou

Le Lévézou : la source des eaux


En occitan Leveson, son origine topographique viendrait du territoire du village de Saint Beauzély qui est nommé S.Bauzely de Lezou sur une carte du Rouergue en date de 1690 puis St Beauzely de Levesou sur la carte de Cassini : le Lézou serait devenu Levézou . Et si on veut lui attribuer les racines celtiques eve et one : eve est une vieille forme française de av, « eau », l'adjectif eveux signifie « humide ».  One désigne une source avec filet d'eau, dans le cas présent one évolue en oun et ou.  Lévézou signifierait donc la source des éves ou des eaux ce qui lui va si bien à cause des nombreux cours d'eau auxquels cette montagne donne naissance.

 

carte 1690

Le Lévézou est un massif cristallin bien arrosé (1 000 à 1 200 mm de précipitations annuelles).  Il est principalement drainé par le Viaur qui y prend sa source au pied du Puech del Pal, point culminant à 1158 mètres d'altitude.  De nombreuses petites rivières le rejoignent au niveau du massif comme le Céor, le Vioulou et le Bage.


Le Viaur : la voie de l'eau


 Les Romains n'ayant pas trouvé de paillettes d'or dans les cours d'eau du Lévézou (via auri = voie de l'or) nous pouvons soupçonner que le nom de la rivière Viaur, comme beaucoup d'autres, vient du pré-celtique Vig (cours, chemin).  A la racine Vig a été rajouté le radical Awa = eau (Var en Gaulois), le proto-celtique donne awar\=a pour « rivière ».  Les consonnes entre deux voyelles se sont enlevées et Vig + awara devient Viaur (voie de l'eau).

Le Viaur est une rivière  allant d'est en ouest, affluent de rive gauche de l’Aveyron  d’une longueur de 155 km. Il alimente le lac de Pont-de-Salars et conflue avec l’Aveyron à Laguépie. Le Vioulou (le petit Viaur) est son affluent qui prend sa source aux monts de Bouloc.

Bassin versant du Viaur

 La vallée du Viaur constitue un véritable carrefour bioclimatique.  Les crues du Viaur peuvent devenir dévastatrices.  Le 9 septembre 1909, après de violents orages sur la région du Lévézou, des pluies continues ont causé de nombreux dégâts dans les communes de Vezins, de Ségur, d'Arques (à Recoules), du Vibal. Plusieurs  ponts ont été emportés comme celui de Pont de Salars ainsi que le pont romain de Camboulas, des animaux noyés, des terres ravinées, des arbres déracinés.  Les moulins ont été inondés, le meunier et son épouse du Moulin du Mazet, près du Vibal sont morts noyés.